Thijs Claes de Daddy Kate : « Transparent sur tout » – Printmedianieuws (Juin ’22)

ENTREPRISES – Lors d’une conversation avec le PDG Thijs Claes de Daddy Kate à Sint-Pieters-Leeuw (Belgique), on remarque immédiatement à quel point Claes parle ouvertement de son entreprise. Et il est particulièrement frappant de constater que 20 % du bénéfice net de l’entreprise est redistribué chaque année à tous les employés.

• Temps de lecture : environ 3 minutes

La semaine dernière, M. Claes (PDG depuis 2013) a publié les résultats de la répartition des bénéfices pour 2021. Il l’a fait en partie parce que moins de 1% des employeurs belges versent des primes de résultat ou des primes salariales similaires, alors que ce sont précisément les employés qui jouent le rôle crucial dans la clé du succès des entreprises. Un bel exemple de responsabilité sociale des entreprises.

En quatre ans, tous les employés ont reçu plus de 4 000 euros nets de participation aux bénéfices chez Daddy Kate.

Le prochain « Annuaire 2021 » renforcera encore l’ouverture de l’entreprise. L’entreprise (au sud-ouest de Bruxelles) emploie aujourd’hui quelque 125 personnes (dont 25 en France). Le chiffre d’affaires en 2021 s’est élevé à quelque 25 millions d’euros. La croissance de l’entreprise a été caractérisée par toute une série d’acquisitions depuis 1996 jusqu’à la neuvième acquisition la plus récente, en 2021, de DV3 à Overijse.

Dans l’annuaire 2021, de nombreux aspects de l’entreprise sont abordés, notamment les résultats des enquêtes internes auprès du personnel, l’environnement, l’industrie et la vision à long terme de Daddy Kate.

A propos de Thijs Claes

PDG Thijs Claes

Claes est un Germaniste-philosophe de formation et se dit donc quelque peu « atypique » : « On m’a demandé de rejoindre l’entreprise en 2009 ; mes deux sœurs travaillaient déjà dans l’entreprise de mon père Guido Claes, qui a fondé la société en 1978 sous le nom de Claes Printing. J’étais hésitant au début, mais j’y ai progressivement pris goût. Quatre ans plus tard, je suis devenu PDG, et peu après, mon père a pris sa retraite. Je me suis positionné comme un « gestionnaire du changement » et j’ai décidé de me développer principalement par des acquisitions, en plus de la croissance organique. C’était une époque turbulente, mais je ne regrette rien.

Le sens du marketing

Une chose est sûre : Daddy Kate a un don pour le marketing. Sur la page d’accueil, vous trouverez le film suivant, astucieusement assemblé. Cela montre la rapidité, la flexibilité et surtout la passion. En outre, Thijs Claes assure une attention suffisante dans divers médias professionnels et non professionnels. L’annuaire contient des articles de Grafisch Nieuws, Made in, Trends, Workforce, HRmagazine et VIGC, entre autres.

Un niveau élevé sans précédent

Bien entendu, nous demandons à chaque entreprise comment elle s’est « sauvée » au cours de ces dernières années, dans un monde soumis à de fortes pressions. Claes : « Depuis septembre de l’année dernière, nos volumes ont atteint un niveau sans précédent. Cette tendance s’est poursuivie en 2022. Au cours des cinq premiers mois de cette année, nous avons déjà enregistré une croissance de 30 % par rapport à 2021. Bien sûr, nous entrons maintenant dans la période estivale où les choses seront un peu plus calmes, mais les perspectives pour l’ensemble de l’année 2022 sont prometteuses. »

Thijs Claes : « 2021 a connu un faux départ, le virus a eu une forte emprise sur les campagnes, ce qui a eu un impact négatif important sur nos résultats jusqu’à l’été, puis nous avons rapidement retrouvé notre vitesse de croisière. »

Indexation des salaires et autres coûts

Mais Claes a également fait part de ses inquiétudes quant à l’évolution du coût de la main-d’œuvre : « 2022 sera donc une année de croissance énorme, mais cela reste difficile compte tenu de l’indexation des salaires en Belgique (chaque employé coûte 8,4 % de plus aujourd’hui qu’en août 2021 !!!), du prix élevé des matières premières et des nombreux investissements de ces dernières années que nous devons rembourser, mais nous restons raisonnablement optimistes. »

Investissements

Outre les acquisitions, l’entreprise investit massivement depuis des années dans ses machines hybrides modernes. À l’exception de 2020, un minimum d’un million d’euros a été investi dans des équipements de production innovants chaque année depuis 2018. En 2021, la Heidelberg XL106-8, d’un coût de 3 millions d’euros, était en tête de liste des investissements. À partir de 2018, un total d’environ 7 millions d’euros a été investi.

Comment voyez-vous l’avenir proche du secteur ?

Claes : « Bien sûr, nous constatons que de nombreuses entreprises se demandent aujourd’hui comment elles doivent procéder. Bien sûr, la situation actuelle joue un rôle important à cet égard. Plusieurs postes de dépenses ne correspondent pas à ce à quoi nous étions habitués pendant des années. D’autre part, l’incertitude du marché offre également des opportunités. C’est pourquoi nous resterons certainement actifs sur le marché des acquisitions dans les années à venir, afin de réaliser une croissance tant externe qu’interne. »

 

Source:

Thijs Claes van Daddy Kate: transparant over alles

No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.